Back Talk : Stories – Un livre d’histoires de femmes et de sentiments cachés

« At a critical moment in feminist history, Lazarin’s intimate stories find women of almost all ages exploring the essence of freedom and the mixed blessing of human entanglement. »
Vulture

Si vous aimez lire en anglais, ou si vous aimez lire des textes forts, vrais de sentiments cachés si souvent dans le coeur et dans le corps des femmes, Back Talk de Danielle Lazarin (2018) est pour vous.

Toute la richesse de cet ouvrage se situe à mes yeux dans la subtilité avec laquelle l’auteur a réussi à developer des histoires à priori anodines et en faire émerger le sens profond. Analysant les micro-interactions entre soeurs, entre mères et filles, filles et garçons, des liens existants silencieusement entre soi et soi-même, Lazarin parvient véritablement à nous faire vivre, chapitre après chapitre dans des univers intimes et suants de verité.

Extrait du chapitre : Landscape No.27

When I cut my hair you thought it was for you – you were always moving it off my neck because it fell in your face when I was on top of you. I loved my hair then: It was long and thick and the color of a honey jar on a sunny windowsill, and I liked it too much when you pulled it away, the grip of your hands, your assured position of my body in that moment. When I came home from that haircut my husband said I looked cute, and kissed my newly exposed neck. This too, was the first place you put your lips when you saw me next. The cut made my face look tired, serious. It reflected those hate-filled days. It gave you something to grab on to, my childish attempt to dull the pleasure I couldn’t decide I wanted or deserved.

Cette jeune écrivaine native de New-York cadre ses nouvelles entre la grande pomme, l’est des Etats-Unis et étonnament, Paris. Elle semble placer ses personnages dans des lieux correspondant  à l’état d’esprit nourissant son écriture. Chacune des figures construites et évoluant dans ce roman multiple nous emmène ailleurs, malgré que les lieux puissent être connus.

C’est à travers des yeux connus qu’à chaque fois elle recommence, donnant naissance à des écologies humaines et urbaines ou chagrin, tristesse et frustrations cotôient les premières joies de l’amour, les prémisces des désirs adolescents, les deceptions fondatrices et les croyances se contruisant, se cristallisant dans les esprits et les coeurs des jeunes personnes dont elle anime les vies tout au long de ces 240 pages.

98860008.JPGCrédits photo : Alizée Pichot

Au fond de Central Park des ados se cherchent dans la chaleur étouffante de Manhattan, au fond du cour du New Jersey un frère et une soeur adulte mêlent leurs inquietude, au cinquième étage d’un immeubles de Coney Island deux femmes seules se retrouvent, dans les trajets de metros aériens, des coeurs se touchent pour mieux s’éloigner vers l’âge adulte…

Les nouvelles de Danielle Lazarin, écrite avec une plume sensible et acérée ne manquent pas de révéler chez les lecteurs des instants enfouis, des sentiments qu’il n’est pas communs de partager tels que des amours impossibles, des solitudes agravées par la colère de relations finies déjà depuis longtemps.

Elle explore le deuil, la separation, les complexités des liens familiaux avec une justesse rarement lue.

Extrait du chapitre : American men in Paris I did not Love

Jean-Luc is perhaps married and definitely older but not American. On the day after Thanksgiving, which I have spent alone for the first time ever, he buys me a coffee and insists Sam is cheating on me back home. He insists on my mouth and my naiveté and my future alignment with his truths. We spend four hours together before I remember that I can just get up and go.

Pour les femmes, Back Talk : Stories représente une étape importante, un livre reconnaissant enfin la complexité des experiences des femmes. Des experiences ou trop souvent encore les désirs, les rêves et les objectifs féminins sont mis de côtés pour épargner les divers protagonists de nos vies. Cette pièce littéraire est un cadeau, pas toujours rose, pas toujours doux, et ce pour de bonnes raisons : la vie des femmes n’est pas lisse comme de la soie, pas couleur pastel comme les bonbons sucrés de l’enfance.

En étudiant de près les  phases consécutives de la vie des filles\femmes, en explorant l’enfance, l’adolescence, le début de la vie de jeunes adultes aussi différentes les unes que les autres, la maternité, la vie conjugale et la vieillesse, le spectre des rapports humains est développé dans une grande courbe dans laquelle on se perd en voulant toujours savoir la fin de ces morceaux de vies cadres dans la proximité des mots, des regards, des gestes loins d’être insignifiants.

Le livre est disponible à la grande bibliothèque des archives nationales à Montréal : https://cap.banq.qc.ca/notice?id=p::usmarcdef_0005762024

Ainsi que sur Amazon : https://www.amazon.com/Back-Talk-Stories-Danielle-Lazarin/dp/0143131478

Bonne lecture !

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :