Polyamour ou couple libre : WTF avec la jalousie ?

“Earth would be such a better place every second of every day if we could just show up with an attitude of generosity and gratitude, and acceptance for one another.”
― Elisabeth Sheff, Stories From the Polycule: Real Life in Polyamorous Families

On entend de plus en plus parler de ces histoires pas comme les autres qui commencent à deux puis qui s’étendent, on ne sait trop comment à d’autres partenaires. Dans les perceptions, on confond l’amour avec le désir, l’affection habituelle avec la nouveauté, on souffre de la solitude et on s’enthousiasme des aventures.

On cherche à mettre des étiquettes tout en les fuyant. On veut être comme les autres mais on ne se reconnaît pas dans les schémas communs des relations amoureuses. Personnellement, je fais partie de ces gens qui n’ont jamais vraiment accroché au modèle traditionnel des relations hétérosexuelles : rencontre+maison+mariage+enfants.

C’est une manière de vivre, des choix qui s’enchaînent et qui sont tout à fait respectables mais qui ne correspondent pas à tout le monde, qui ne rendent pas heureux tous les couples et c’est la raison pour laquelle un grand nombre d’entre nous choisissons de vivre une autre vie.

Pas aussi facile à faire qu’à dire

Le polyamour ou les relations ouvertes peuvent prendre une multitude de formes (Voyez schéma ci-dessous) et naître pour une diversité de bonnes ou de mauvaises raisons.

Image associée

Le sujet de cet article n’est pas d’expliquer en détail ni le polyamour ni le couple libre mais d’adresser un point majeur qui pose problème d’une part dans l’expérience de ces relations mais aussi dans le vécu en soi, intérieur et émotionnel avec soi-même et les personnes concernées.

Lorsque nous aimons, nous sommes en proie à des sentiments différents, allant de l’affection simple, au désir jusqu’à la jalousie, si humaine, si naturelle et si puissante. Allez au devant de relations non fermées, c’est l’obligation de dealer avec des émotions contraires. D’un côté, on est rationnellement d’accord avec l’idée d’aimer en plus grand, de laisser rentrer en soi et  avec son partenaire des individus nouveaux, des corps inconnus et surtout, des sentiments. De l’autre côté, on a peur d’être abandonné, peur que l’autre tombe amoureux, on craint de perdre notre place spéciale dans le cœur de son amour.

Avant d’entamer cette étape, je vous laisse allumer la musique, avec une personne plutôt  très cool au doux pseudonyme de Nature Moderne, qui laisse dans ses chansons soupirer l’air complexe de l’amour qui veut s’ouvrir mais qui a peur d’être blessé. It’s gonna be alright. 

 

On essaie de poser des règles, on fait des compromis, on parle des heures, on parle pour parer aux éventualités, pour anticiper les imprévus et les cœurs brisés. Je préfère annoncer tout de suite la couleur : des cœurs seront brisés, des confiances abîmées, des égos secoués dans le confortable lit des croyances bien solides accumulées jusque là.

C’est un risque qui existe et qui est inévitable. Savoir partager, savoir se réjouir pour un bonheur auquel on n’est plus vraiment lié est difficile. Cela demande de prendre sur soi et de se détacher de l’autre et d’aller chercher les origines de la souffrance profondément en nous. C’est un chemin semé d’embûches sur lequel notre pire ennemi est nous-même.

Si vous êtes dans une situation similaire et que votre ventre se noue à la moindre pensée de l’être aimé dans d’autres bras, ne vous inquiétez pas, c’est normal. Ceci dit, ça ne signifie pas que tout est perdu. J’ai souvent cru cela moi qui pourtant était souvent la troisième personne avec des couples.

Maintenant que la balance s’inverse et que mes aventures sexuelles informées, consensuelles et informelles ne sont plus la solution à mon manque de confiance en moi, je me dois de recalculer les désirs et les peurs qui m’animent. Si la jalousie me prend, je me force à regarder la situation en face, négocier avec moi-même la confiance que j’acquière aux engagements, à l’amour qui m’anime dans ce chemin difficile vers l’ouverture toujours plus large de ma relation.

« When jealousy rears up, it indicates that something inside of you is afraid. It’s an alarm, nothing less and nothing more. Treat it as such. »
— Anthony Ravenscroft (Polyamory: Roadmaps for the Clueless and Hopeful: An Introduction on Polyamory)

La peur est clé dans tout ça. Elle est ce qui fait vibrer nos entrailles, couler nos larmes et s’envoler des vents des colères dans toutes les directions. Il faut lui résister. Si vous avez envie de prendre cette voie sur le long terme, cela vaut la peine de penser calmement, de réfléchir  vos besoins et à vos intentions.  Se recentrer sur soi pour laisser la liberté s’immiscer en douceur dans votre quotidien n’est pas évident je le conçois mais c’est véritablement la porte d’entrée à des meilleurs lendemains, à des sourires plus francs et des conversations plus simples.

On confond souvent les relations ouvertes ou polyamoureuses à des égo-trip ou encore, des trahisons sous couvert d’honnêteté. Je comprends, car cela arrive. Il arrive que l’un des partenaires, par peur ou lâcheté se met à mentir, se met à trouver des excuses pour justifier des choix qui font souffrir l’autre. Il arrive aussi que la compréhension prenne le pas sur la souffrance. Que l’empathie aide à saisir les raisons de la banqueroute et que les solutions positives émergent des crises.

L’amour a mille saveurs et il importe aux amoureux de savoir mélanger les goûts ensemble en prenant garde à ne pas gâcher l’harmonie existante dans les ingrédients de base. Sur cette métaphore bancale, j’encourage tous les amoureux qui me lisent à garder confiance, si vous aimez d’une manière pure qui vous chatouille, qui est trop grande pour vous, que vos yeux frétillent et que votre corps souvent vous appelle ailleurs, n’ayez pas peur, ou peut-être un peu moins peur, vous n’êtes pas seuls.

Un commentaire sur “Polyamour ou couple libre : WTF avec la jalousie ?

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :