This is us – Masculinité et émotions au coeur d’une série familiale

Dans le noir de ma chambre, les yeux rivés sur l’écran, je regarde se mouvoir dans leurs vies Becca, Jack, Randall, Kevin, Kate et tous les autres. Depuis une semaine bientôt je suis aux côtés de cette famille pas comme les autres et je les observe, silencieusement, en réfléchissant.

Originellement diffusée sur le network américain NBC, cette série commence à rassembler son public en 2016. Actuellement, les 38 épisodes des saisons 1 et 2 sont disponibles sur Netflix, et je vous préviens, c’est difficile de décrocher. Pourquoi ? J’ai ma petite idée : dans cette série, nous accompagnons un flux réel de femmes et d’hommes qui s’aiment, des parents au prisme de complexités familiales, humaines et historiques qui les dépassent mais qui les rapprochent de nous. La saison 3 est sortie depuis septembre 2018 et déjà les avis positifs pleuvent sur le web.

Adoption et masculinité : des thèmes fondateurs et futuristes 

Ce qui marche dans cette série, c’est la précision et la profondeur des choix scénaristiques qui ont clairement fonction de nous faire réfléchir sur les implications psychologiques du passé familial et le contexte de développement de chacun au sein de structures familiales pas toujours idéales. Mais pour bien comprendre This is us, il faut quand même replacer les personnages dans leur histoire.

26-this-is-us.w700.h700Synopsis de Télérama : « Jack vit à Pittsburgh avec sa femme Rebecca, sur le point de donner naissance à des triplés. Arrivé à l’hôpital, le couple est pris en charge par le docteur Katowski. Kevin, jeune acteur lassé par la futilité du rôle qu’il tient dans une série, s’interroge sur sa carrière tandis que sa soeur jumelle, Kate, toujours au régime, est désespérée par ses kilos en trop. Abandonné à la naissance devant une caserne de pompiers, Randall, brillant juriste, a fait mener des recherches pour retrouver son père biologique mais hésite à le rencontrer. Ils ont en commun d’être nés le même jour et s’apprêtent à fêter leur 36e anniversaire… »

Plusieurs combinaisons narratives dans la série permettent d’aborder des thèmes complexes en utilisant la technique de l’ellipse : un moment présent est mis en parallèle avec un moment du passé dans lequel le personnage peut aller chercher les origines de sa souffrance ou de ses interrogations.

Randall, le fils adoptif de Becca et Jack, retrouve son père biologique, William, poète et musicien à l’âme de miel. En repentir de sa vie d’avant noircie par la précarité et la consommation d’opioïdes, ce dernier accepte de s’installer dans la famille de Randall chez qui une synergie naturelle se fait sentir. Pour la première fois de sa vie, Randall, un homme noir-américain au succès intellectuel et professionnel fulgurant, se voit face à ses racines. Il cherche dans les yeux de ce père retrouvé une multitude de choses : un passé, une histoire à compléter mais aussi des réponses à une enfance embuée par un sentiment de non-appartenance. Toute sa vie, Randall évolue dans des milieux blancs dans lesquels il sait sa différence, il reconnaît le stigmate de sa couleur de peau mais jamais n’a pu exprimer ce mal-profond d’une présence décalée. 36 ans plus tard, quand il apprend que sa mère, connaissant l’existence de son père lui a menti pour ne pas souffrir encore de la perte d’un enfant, il craque, il cède sous la pression d’un monde professionnel sans répit et sans humanité, dans une famille ou il assume un rôle masculin qui ne lui correspond plus et acceptant les retours d’âme d’un soi enfant, blessé, seul et confus.

« You see, for days, I’ve been plagued by the question: how do I honor my father’s legacy? Then I realized, I honor his legacy by taking what I learned from the way he lived his life and use it to shape the way I go on living mine. »

Randall à propos de William, ce père perdu et retrouvé, sans lequel l’épanouissement intérieur de l’homme et du père ne pouvaient se faire.

En parallèle, on voyage avec Jack, le père adoptif de Randall et le père biologique des jumeaux Kevin et Kate. Avec lui, on partage l’expérience d’une enfance dans les années 50, avec un père alcoolique, une mère battue et résignée par peur à une vie de misère psychologique et personnelle. Jack veut à tout prix se détacher du joug paternel, il travaille d’arrache-pied pour s’en sortir et s’épanouir seul, à travers l’amour de l’autre et celui qui porte à sa famille à lui. À l’aube de la quarantaine, celui qui se croyait éloigné de ces traumas refoulés tombe dans une mauvaise phase. En proie à l’alcool et fragile devant ce poison qu’est l’addiction, pour la seconde fois dans sa vie il confronte ses démons. Nous voyons un homme brisé, honteux de ce lien qu’il ne peut plus ignorer.

En même temps que la descente aux enfers de la figure paternelle et la vision impuissante de ses enfants adolescents, nous retournons dans le présent pour suivre Kevin, 36 ans, acteur hollywoodien au parcours difficile, se cherchant perpétuellement dans les regards des autres qu’il ne comprends pas. 37 ans et Kevin ne sait pas qui il est. Lorsque les temps se durcissent, que l’amour et le travail battent de l’aile, Kevin flanche et à son tour se plonge dans l’alcool pour oublier le vide qui le paralyse. Cette particulière direction narrative peut-être difficile à regarder tant c’est une dérive qui fait mal au cœur et qui abîme les familles. Mais pour une fois, on voit ces hommes malmenés par des carcans sociétaux pointés du doigt, par des attentes sociales immenses, par des démons reconnus, affrontés dans les larmes et la violence parfois. 

Intersectionnalité dans les  représentations

this-is-us-super-bowl-sunday-13-jpg-1517500693Série féministe ou pas, je m’en fiche un peu. Ce qui est sûr, c’est que l’accent est bel et bien mis sur un positionnement des femmes honnête, réaliste et novateur. On a une vraie recherche de la représentation qui me pousse à ne pas vouloir mettre This is us dans une case.

Si l’on parle d’intersectionnalité, nous sommes en plein dedans. Les problématiques des hommes et des femmes dans cette série ne sont pas unilatérales, il y a une volonté d’aller comprendre les enjeux qui concernent individuellement chaque personnage. Pour la famille de Randall, on est confronté à living whilst black, à des potentialités de vie qui correspondent à ce qu’ils sont aux Etats-Unis en 2018 mais aussi dans l’Histoire. This is us nous montre l’enchevêtrement des questions posées dans les couples, dans les aventures parentales des familles noires-américaines. Par exemple, on parle de la violence envers les communautés noires, des oppressions systémiques et de la précarité qui limite les vies. Nous y voyons aussi toute la richesse d’une identité colorée, belle de culture, d’histoire et d’une humanité de plus en plus visible à la télévision. Sa femme Beth raconte une enfance dans une famille nombreuses dans laquelle se bat pour avancer. Elle figure une femme incroyable, forte, drôle et immense de sagesse et de bienveillance. Avec leurs deux filles, on assiste à une transmission d’identité qui nous apprend beaucoup sur les rites des familles noires aux Etats-Unis dont les rituels et les habitudes furent souvent invisibilisés sur les écrans.

On y voit Becca, mère de famille qui abandonne son rêve de musique à la naissance de ses enfants pour ré-embarquer dans l’aventure artistique vers 40 ans. Cette décision émerge d’un ras le bol général d’être mère au foyer depuis 16 ans. Elle éprouve le besoin de vivre pour elle, exprime l’universalité de ce sentiment d’inutilité que beaucoup de femmes ressentent encore lorsqu’elles sont privées de s’épanouir et de vivre pour elles-mêmes, prises de force par le système hétéro-patriarcal. Jack, égo fragile et incompréhension d’une époque en changement, réagit dans la colère et la violence. Sont exprimés ainsi les questions contemporaines de charge-mentale et de la réappropriation de leurs vies et de leur Histoire par les femmes et les filles.

Enfin, Kate, la seule fille des enfants Pearson, vit elle aussi une situation particulière. Depuis l’enfance, Kate se bat avec une vision de son corps difficile, des troubles alimentaires et une estime de soi en berne. A l’origine de ses maux, une admiration sans borne pour une mère sublime, idéal de beauté à l’américaine qui, comme beaucoup de femmes de sa génération fut éduquée à coup de manuels et de féminité dans lequel on rappelait à force de superlatifs l’essentialité du corps comme valeur sociétale primaire.. Dans le présent, Kate est une professionnelle motivée, sourire aux lèvres, douceur et bienveillance. Mais dans sa vie, dans son quotidien, son poids et son obésité la freinent à tel point qu’elle en repousse toute aide extérieure, susceptible de prendre des décisions mauvaises pour elle à cause de cette peine intérieure qui la ronge. La storyline associée au personnage de Kate est pleine d’espoir. On observe une femme en floraison, une femme qui évolue grâce à une belle rencontre amoureuse. Ce n’est pas l’homme qui la sauve mais c’est l’accès à une autre vision qui permet à Kate de se libérer de tous les poids qui la ralentissent.

En bref, This is us, ce sont des femmes qui vivent comme nous et qui comme nous, s’en sortent par la force de l’esprit, de l’âme et de la communauté. This is us, ce sont des hommes vulnérables qui craquent parce qu’ils ne peuvent faire autrement. C’est une série chorale qui nous touche profondément dans des problématiques plus que courantes, systémiques, fatales de peine et de guérison.

Elle nous donne envie nous aussi de faire le chemin inverse pour mieux comprendre. Allez-y, dévorez-là ! Mais n’oubliez pas de faire des pauses et de regarder quelques vidéos comme ça entre deux épisodes.

 

Un commentaire sur “This is us – Masculinité et émotions au coeur d’une série familiale

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :