Polanski 2020 : Honte sur le cinéma français.

Photo : Lucas Barioulet , Agence France-Presse –

Polanski Meilleur Réalisateur 2020 aux Césars.

C’est une honte. Nous devrions vous accuser, les accuser tous ceux qui nous rient dans la face quand on compte nos mortes, tous ceux qui nous crachent dessus à la sortie des écoles en nous traitant de pute, tous ceux qui tuent, qui violent, dans le cinéma, à la télévision, dans la presse, dans les banques, dans la rue, dans les métros, partout…

Comment peuvent-ils nous regarder de haut ainsi pensant que nous allons juste nous écraser en attendant qu’une fois de plus l’on se soumette ? A qui ?! A eux ?! Tous ces hommes malades de leur propre mépris envers eux-même, envers leur féminité détruite, leur masculinité toxique, leur histoires sont salies, chaque jour un peu plus et la notre avec.

France culturelle, artistique, politique, France qui ne dit rien, tu n’as pas honte de toi-même ? Quels sont les véritables intérêts dernières cette nomination, lorsqu’au pied des Césars se sont des femmes qui hurlent, n’entendez-vous pas nos mots, nos histoires, ne voyez-vous donc pas nos corps qui tentent de se relever ?

Je n’aime pas mettre de l’huile sur le feu gratuitement mais mes envies de flammes se réveillent et je pense à la nuit, à toutes ces femmes qui la nuit vivent dans la peur, dans l’angoisse, sueurs froides et nuit agitées dans l’ombre spectrale du patriarcat 2.0, celui qui survit en glissant sur un marbre recouvrant des fondations pourries. Vivement que la roue tourne et que les insurgées féministes plein.es d’ambition dépoussièrent ce tas de cendre hideux de nos écrans et de nos démocraties croulantes.

Nous ne changerons pas les cons, mais de mon côté, j’entends bien essayer de les déplacer, de faire valoir d’autres paroles et de comprendre les contextes dans lesquels ces crimes et ces personnalités protégé.es par le fric et l’orgueil se perpétuent en toute impunité, sur la scène de cérémonie de l’ Académie des César – diffusé à des millions de téléspectateurs, validant, au grand public qu’un violeur notoire puisse être reconnu comme honorable et salutaire aux yeux de l’ensemble de la société, et ce, parce qu’un petit groupe d’initiés corrompus l’a choisi….

 

 

On accuse qui maintenant ?

Alizée Pichot

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :